poetik' & plus à venir ?

Voltige.

 

Goéland, je survole ces hauteurs. Au gré des vents, je pourchasse ces peurs. Porté par ces ailes tombées du ciel, je longe ces parois escarpées. Et plonge vers cette eau qui s’étend. A perte de vue. Le vertige m’est étranger, le vide lui-même m’est inconnu. Voltige.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s